Berges de Meuse

Le projet des liaisons douces "Berges de Meuse" est entré dans la phase d'Appel d'Offres. MARCHÉ N° 18T024 CONSULTATION Remise des Offres : 03 septembre 2018 Lot n°1 : Travaux…

Continuer la lecture

Modification du code de la route en juillet 2015

Rappels de l’association Sécurité Routière en juillet 2018 (PDF)

Le décret n° 2015-808 du 2 juillet 2015 relatif au plan d’actions pour les mobilités actives et au stationnement a permis la mise en place d’une nouvelle réglementation nationale visant à partager la voirie et à améliorer la sécurité des cyclistes en ville :

  • les automobilistes sont désormais autorisés à franchir la ligne blanche pour dépasser un cycliste.
  • de nouveaux marquages permettent de mieux distinguer les zones à circulation apaisée : zone 30, zone de rencontre, aire piétonne ;
  • les gestionnaires de voirie peuvent désormais indiquer au sol une trajectoire conseillée pour les cyclistes ;
  • les sanctions en cas d’occupation par des véhicules motorisés, des cheminements piétons et des aménagements cyclables des abords de passages piétons, sont renforcées, passant de 35 € à 135 € ;
  • dans toutes les rues où la vitesse est limitée à 30 km/h ou moins, le double sens cyclable est la règle par défaut. Les conducteurs de véhicules motorisés sont autorisés à circuler dans un seul sens, les cyclistes dans les deux sens. L’autorité responsable de la circulation peut néanmoins déroger à cette règle. Dans ce cas, il n’y a pas de panonceau Sauf cyclistes sous le panneau Sens interdit ;
  • le pouvoir donné aux gestionnaires de permettre aux cyclistes, après avoir cédé le passage aux usagers ayant le vert (piétons notamment), de franchir les feux rouges pour tourner à droite ou aller tout droit dans les carrefours dits en T, a été étendu à tous les mouvements. Cette disposition permet de limiter les redémarrages des cyclistes et d’améliorer leur sécurité en profitant de l’arrêt du trafic motorisé pour effectuer certaines manœuvres délicates comme tourner à gauche par exemple ;

(suite…)

Continuer la lecture

70 propositions du GART

Le Groupement des Autorités Responsables de Transport fait 70 propositions principalement sur les transports en commun et la mobilité douce.

Les trois jours d’événements « Transports publics 2018 » ont été l’occasion pour l’association de se prononcer en faveur d’un usage accru du vélo dont la part modale n’est que de 3% dans notre pays, loin de la moyenne européenne qui s’élève à 13%.

Lors de la Journée du transport public 2018,

le GART représenté par son président, Louis Nègre, a insisté sur le rôle prépondérant que doivent occuper les modes actifs dans la chaîne de mobilité : « La pratique de la marche à pied et du vélo sont complémentaires et incontournables pour parvenir à des pratiques de mobilité plus durables pour nos concitoyens. » … une grande majorité d’autorités organisatrices instituent désormais des politiques encourageant les pratiques intermodales, associant par exemple le vélo et les transports collectifs. »

Parmi ces modes de déplacement, le vélo possède un fort potentiel de développement. Par ailleurs, le vélo présente un réel attrait en milieu urbain. Sur les distances de quelques kilomètres, le vélo est le moyen de déplacement idéal en ville par sa rapidité, sa facilité de stationner et ses effets bénéfiques sur la santé et l’environnement : 50% de nos déplacements font moins de 3 kilomètres, et jusqu’à une distance de 4 kilomètres, le vélo s’avère plus rapide que l’automobile de porte à porte.

Le GART travaille continuellement sur la place du vélo dans la chaîne de déplacements aux côtés de ses adhérents et de ses partenaires. Les travaux réalisés sur ce sujet – L’étude Les pratiques d’intermodalité vélo/transports collectifs & La brochure Le code de la rue – dressent un état des lieux et mettent en exergue des bonnes pratiques en la matière.

(suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu